crise économique 2020 et explosion du surendettement

Crise économique 2020

Nous sommes au début d’une nouvelle période de notre histoire, dont nous n’imaginons pas la fin et les conséquences. Cette épreuve collective va mettre à genoux des familles, des individus, des entreprises, qui auront du mal à se relever après le tsunami du coronavirus. Cette situation a des conséquences socio-économiques anxiogènes. Les Français sont angoissés de ne pas pouvoir assumer toutes les charges de la maison, peur de perdre leur travail, peur de perdre un proche ou d’être touchés, peur d’une aggravation de la situation, de devoir faire des sacrifices, etc…

Nombreux sont les foyers qui n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois. Trop de foyers vivent, survivent grâce au soutien bancaire et au piège du découvert autorisé. Pour rappel, les deux principales causes de surendettement sont : d’une part, la stagnation des revenus et l’augmentation des charges fixes et alimentaires et, d’autre part, le recours à l’endettement pour assurer le train de vie ; sachant que le second motif est une conséquence du premier.

Les problèmes financiers seront, pendant un certain temps, le problème quotidien de nombreux entrepreneurs, salariés et même fonctionnaires.

 

Crise économique

Les plans de relance montrent l’inquiétude des gouvernements, malheureusement les milliards ne suffiront pas. Il faut aussi un accompagnement et une prise en charge structurée. La récession va s’aggraver, alors que nous pensions que la situation économique de l’Europe et de la France s’améliorerait. Tous les indicateurs sont au rouge. La volonté du gouvernement est de maintenir une activité économique, c’est très bien. Encore faut-il  que l’ensemble de la chaîne fonctionne, que les fournisseurs soient ouverts pour fournir en matières premières et fournitures les entreprises productrices.

La crise de 2008 dite des subprimes était une crise financière. La crise d’aujourd’hui est une crise économique, sociale et sanitaire. C’est l’élément déclencheur de plusieurs événements à venir qui ont eu, dans le passé, des conséquences dramatiques.

De notre côté, après avoir analysé les ravages de la crise 2008-2012, nous avons lancé un plan de réflexion pour apporter des solutions et préparer la prochaine crise.

L’association Kalune déploie plusieurs services novateurs, de conseil et d’accompagnement. Ces services s’adressent aussi bien aux entreprises en création et en développement, qu’aux entreprises en difficulté, et aussi bien aux dirigeants, aux actionnaires et aux salariés d’entreprises.

Surendettement et difficultés financières

 Malgré la loi Neiertz de 1989 (modifiée en 1995), des millions de personnes vont se retrouver dans une situation financière difficile. Depuis 30 ans, la situation du mal endettement s’est aggravée en France. La loi a été adaptée, les établissements financiers font des efforts, des associations aident du mieux qu’elles le peuvent. L’une d’entre elles, la fédération CRÉSUS, est devenue une multinationale du surendettement. D’autres survivent grâce au bénévolat et sans moyens financiers. Mais au final, rien n’a été fait !

 L’ensemble de la population est confronté à des difficultés financières, pas moins de 9 millions en souffrent. Près de 6 millions de Français reconnaissent, avoir des difficultés à rembourser leurs dettes et plus d’un million ont eu recours aux procédures de surendettement depuis leur création. La situation de surendettement concernerait entre 4 et 5 millions de foyers français sur les 27 millions recensés par l’INSEE.

Nombre de Français se posent actuellement les questions suivantes :

  • Comment faire face à des difficultés financières ?
  • Comment faire face à une baisse de revenus ?
  • Comment diminuer ses dépenses ?
  • Comment mieux gérer son budget ?
  • Comment réagir après un changement de situation (maladie, perte d’emploi, chômage partiel, réduction de salaire, etc.)
  • Comment éviter le surendettement ?
  • Où trouver de l’aide ?

 

L’explosion prévisible des dépôts de dossiers de surendettement 

Notre  société  devrait pouvoir répondre à une demande croissante de personnes en difficulté financière, psychologique et souvent au bord du gouffre.

Même si le nombre de dossiers de surendettement est en baisse de 6% sur un an, il y a toujours autant, voire plus de personnes en difficulté et seulement moins de 15% du nombre de déposants bénéficient d’un accompagnement !

L’accompagnement permettrait, notamment, de faire bénéficier à plus de 20% des déposants, d’une mesure moins lourde qu’un plan de surendettement ou qu’un moratoire. Une autre solution serait de négocier de nouvelles conditions avec les créanciers ou d’opérer une restructuration financière.

Le coût financier pour la collectivité est astronomique 

Le coût financier pour la collectivité est important. Il s’élève à plusieurs centaines de milliards d’euros. Il comprend les dépenses de santé, les arrêts maladie, les hospitalisations, les traitements, la prise en charge des pathologies en ALD (affection longue durée), mais aussi l’effacement des créances fiscales, la déduction des pertes financières pour les créanciers, le traitement humain des demandes des plus fragiles (assistantes sociales, conseillers en économie sociale et familiale, accompagnement budgétaire) ; la collectivité prend aussi en charge le coût du fonctionnement des commissions de surendettement.

Le coût moyen pour les finances des collectivités locales et par foyers surendettés était en 2012 de 595 €, sans tenir compte des exonérations ou impayés de cantine, des dépenses de santé et du coût des aides financières obtenues par les familles en difficulté. Les prévisions pour la prise en charge et les conséquences de la crise actuelle sont abyssales.

Conséquence 

 Lors de la crise de 2008, 500.000 personnes avaient perdu leur travail. L’économie française avait perdu 1 à 2% points de PIB.

En mars 2020, la situation est simple : 2/3 des salariés français ne fréquentent pas dans leur entreprise, en effet :

  • 1/3 des salariés sont en activité
  • 1/3 des salariés sont en télétravail et déclarent travailler plus depuis leur domicile que sur leur lieu de travail
  • 1/3 des salariés sont au chômage partiel.

Avec le covid-19, l’Insee prévoit 6% de perte en mars et en avril, puis 3% en mai si le confinement se poursuit. Nous devrions perdre à minima 7 points de PIB et des milliers d’emplois.

Préparons dès maintenant l’accompagnement des entreprises et des personnes en difficultés financières.

Il est indispensable et urgent de mettre en œuvre, dès maintenant, les mesures permettant de prévenir et d’accompagner les difficultés financières, économiques et sociales qui s’ajouteront à un drame humain.

Nous devons nous mobiliser rapidement pour mettre en place les outils et les équipes nécessaires pour faire face à ce bouleversement :

  • Surendettement
  • Difficultés financières
  • Faillites
  • Procédures collectives
  • Difficultés économiques
  • Chômage de masse

La France n’est pas prête à répondre à ce challenge. Les structures en place actuellement sont paralysées et insuffisantes pour absorber ces milliers de demandes d’accompagnement.

Soutenez notre action

 

Informations complémentaires :

communiqué de presse du 6 avril 2020 : prévenir et accompagner les difficultés économiques et financières des particuliers, entrepreneurs et des entreprises

Aidons concrètement nos entreprises, nos indépendants

error: Content is protected !!